Je continue à traduire les textes de Patricia Ullman car ils me ressemblent.

Comme j’ai été touchée à la lecture de ce texte sur la retraite solitaire ou en groupe, car nombreux sont les souvenirs de retraite ; ils ont jalonné et marqué mon existence pendant plus de 20 ans ! Quel luxe merveilleux de pouvoir se retirer du monde et vivre en compagnie de soi-même. Ici, c’est une période que nous n’avons pas choisie, alors il est d’autant plus important de poser un cadre pour permettre à l’esprit et au corps de se détendre. De poser une intention et aussi de s’en échapper. Merci Patricia pour ce joli rappel bien précieux :

Patricia Ullman

« Poser les bases de la Retraite/Confinement :

J’ai passé beaucoup de temps en retraite solitaire et de groupe. Alors que les jours du Corona avancent, j’ai été surprise de noter que certaines choses qui survenaient me donnaient l’impression d’être en retraite. Il y a quelque chose de proche dans la façon de s’y installer, de ralentir. Et à nouveau de sentir une partie calme et tendre de moi-même qui se sent trop préoccupée pour s’y accorder. Nous touchons cela dans la méditation régulière, mais rien ne ressemble à une retraite solitaire.

Alors d’ici, depuis ma grotte d’appartement à Bethesdas (banlieue de Washington), j’offre des instructions de retraite traditionnelle agrémentés de la situation actuelle.

Entrer progressivement :

Cela requière un peu de temps de changer de vitesse. Il est important d’installer son environnement physique avant de commencer à se concentrer sur la nouvelle situation. Quand j’arrive pour une retraite, je sors ma nourriture, défais mes affaires personnelles, et explore tous les coins et recoins que je peux découvrir.

Seulement alors je mets en place mon espace de pratique, mange et me repose. Je pratique une méditation simple avant de lire et profiter de ma première nuit de sommeil. C’est une hiérarchie des besoins, où il est nécessaire pour que je me sente en sécurité d’avoir des provisions. Et assez organisé.e pour que l’esprit soit suffisamment à l’aise pour méditer.  En accomplissant ceci, cela aide et ne nous demande pas trop dès le début. Nous entrons pas à pas dans ce monde nouveau et non familier.

Se poser :

J’ai souvent été stressée émotionnellement et physiquement avant d’entrer en retraite… Cela peut prendre quelques jours avant de m’apaiser et d’être capable de me détendre et me concentrer. Alors les premiers jours je conserve à mes côtés un carnet de notes. Je peux y jeter des idées et des pensées qui continuent à traverser mon esprit. Cela m’aide à me détendre et ne pas m’inquiéter d’oublier des choses importantes plus tard. Et quand elles sont épuisées, je mets de côté le carnet. Nous sommes aussi souvent fatigué.es physiquement quand on démarre une retraite. Alors, nous avons besoin de dormir et de nous reposer. Nous pourrons augmenter notre temps de méditation quand notre corps et notre esprit seront plus présents.

Je viens de remarquer ce changement récemment, alors que mes concepts concernant ce que je peux et ne peux pas faire sont  progressivement assimilés et je suis en train de créer une nouvelle normalité. Je ne suis presque plus concernée par les actualités, je suis reliée à la nourriture d’une façon plus simple et plus saine. Je me sens plus en contact avec moi-même et avec la notion de ce que je devrais faire ou j’ai besoin de faire.

Poser une intention :

Dans notre situation actuelle, c’est aussi simple que décider d’être gentil avec soi-même, de faire une liste des personnes à appeler… Garder son espace propre, se cuisiner quelque chose de bon, prendre une douche, apprendre quelque chose de nouveau. Et toujours avoir l’intention de rester en bonne santé et sain.e pour le bénéfice de ceux qui vous entourent ! Oui, celle-ci est une bonne intention parce que ces jours auront une fin ! Et encore et toujours : Contempler la préciosité de la vie.

Poser des limites claires :

Aujourd’hui, c’est important de séparer le temps de travail et privé et du temps. Certains de mes ami.es qui sont soudainement à temps plein à travailler à la maison utilisent de la fumée de purification, comme la sauge, le genièvre ou palo santo pour marquer la fin de leur journée de travail. Vous pouvez désigner des lieux de travail différents, ou diviser des parties de votre table, pour le travail et le non-travail. Vous pouvez porter attention à ce que vous portez (un peu..) pendant la journée. Etc. Le travail n’est pas seulement un travail formel, mais un moment actif et d’accomplissement vs à un moment plus calme jusqu’à la détente.

Structurer votre temps :

Le café du matin et les actualités, la douche et l’habillement, ensuite commencer à une heure donnée le travail. Si vous n’avez pas de travail, vous pouvez faire ce que vous avez écrit sur votre liste comme écrire des lettres, ou cuisiner, nettoyer, lire, tricoter, tout ce que vous voulez ou avez besoin de faire. Le point ici, est d’être intentionnel, mais aussi d’être très gentil avec vous-même et de ne pas s’y attacher trop strictement. Regardez simplement comment ça se déroule et ajustez s’il le faut pour que cela vous convienne. Certains jours vous pouvez faillir, pas de jugement. Prenez le temps de vous détendre et n’ayez pas d’attente de produire quoi que ce soit. Patience et stabilité est votre mantra. Pas besoin de grandes attentes, et chaque jour est différent.  

Prenez soin de votre corps :

Bonne nourriture, assez de sommeil, et autant d’exercice et de streching possible. Rappelez-vous de respirer. « 

© Patricia Ullman 2019

Traduction Laurence Francqueville